De la conscience panoramique …

rose

Il y a deux types de pensée positive. L’une consiste à se dire que tout ira bien dans le futur, ce qui est fondé sur la panique et dénote un souci de sécurité. L’autre consiste à vivre non dans le futur mais dans le présent. On apprécie toute la richesse dans le présent.

 

 

 

 

Croire au présent, c'est l'anti-pauvreté, car cela n'implique pas de se bercer de quelque illusion que ce soit.
C’est déjà là, il n’est pas nécessaire de souhaiter quoi que ce soit. C’est solide et réel, beaucoup plus réel en un sens que « moi » et « moi-même ». La tradition bouddhiste croit en la nature de bouddha, que l’on décrit comme la plus positive de toutes les pensées positives. …La nature de bouddha n’a cependant rien à voir avec un sens de soi solide et égotique. C’est, fondamentalement, l’essence de l’éveil qui est déjà là. Il n’est pas nécessaire de fabriquer une pensée positive pour en tirer ensuite le meilleur parti.

Ce positif-ci n’essaye pas de rejeter le négatif. Le seul fait de percevoir le négatif est une vision du positif. C’est pour cela que l’on parle de conscience panoramique, qui est la pensée positive fondamentale. On pourrait dire que se relier à cette conscience panoramique est une manière de se libérer de la réaction en chaîne du karma, fondée sur l’espoir et la peur. Le karma est une réaction en chaîne qui se fonde, d’un côté, sur la panique ou l’incertitude, ou bien sur une réaction en chaîne de bonté, dans le sens plus limité, partial, du bien opposé au mal. La « positivité » de cette conscience panoramique est reposante. Elle ouvre la situation et introduit de l’espace et un état d’être méditatif. …

Cet état d’être positif est si fondamental qu’il n’a besoin d’aucun soutien relatif, d’où qu’il vienne. C’est le positif qui transcende positif et négatif.

Il ne s’agit pas là d’une possibilité naïve, comme on dirait « Tout va bien » pour signifier que tout va bien mais parce qu’on est sur la défensive. Vous êtes sur la défensive et vous vous dîtes: « Garde le sourire » et encore « Je suis heureux », et vous essayez d’y croire. La conscience panoramique consiste plutôt à réaliser que tout est sain, que tout va bien, mais sans en faire toute une histoire. La compréhension fondamentale à laquelle ouvre la conscience en éveil n’implique pas d’avoir à se défendre, d’avoir à se prouver quoi que ce soit. Il s’agit plutôt de croire en la situation, d’avoir foi en elle et de la voir telle qu’elle est.

Être dans un état sans égo aiguise votre intelligence car rien ne fait obstacle. Vous n’avez plus à gérer deux choses en même temps. Il n’y a toujours qu’une seule chose à traiter à la fois; c’est pour cela qu’on parle de non-dualité. Votre capacité à faire face à n’importe quelle situation devient donc plus aiguisée, plus précise. Votre sensibilité, dans vos relations à autrui, s’intensifie de même.

Chögyam Trungpa « Argent, sexe et travail – s’éveiller à la vie réelle » éd.Seuil p.265-267

Comments