S’ouvrir à la Présence

Lorsque nous relâchons notre implication vis-à-vis des pensées, des sentiments, des sensations ou des perceptions, nous leur permettons, sans nous en rendre compte au début, de desserrer leur emprise sur nous. Nous permettons à notre Être de se dégager de la matrice des pensées, des sentiments, des sensations ou des perceptions à laquelle l’avait mêlé la pensée ; ainsi, notre Être se révèle tel qu’il est toujours, tel qu’il est naturellement. …

 

Lorsque nous cessons de placer notre attention et notre identité dans les objets du corps et du mental, notre Être est progressivement délesté de ces accrétions. … Ce reflux dans notre Soi délivre le corps et le mental des nombreuses tensions et contractions engendrées par la pensée ‘’je-soi-séparé-intérieur’’. Cette détente n’est pas elle-même l’expérience de notre Soi mais une répercussion au niveau du corps et du mental. …

 

Grâce à ce reflux vers le Soi, survient un relâchement qui déclenche des vagues de détente à travers tout le corps et le mental, dissolvant dans leur sillage ces tensions et ces contractions et favorisant une disposition plus légère, un état d’expansion. Dans certains cas, ceci peut se manifester de façon énergique, provoquant des mouvements corporels inhabituels, des pleurs ou des rires. Dans d’autres cas, les manifestations seront plus modérées. …

A la suite de ce dégagement, notre Soi retourne à sa condition naturelle de Présence ouverte, vacante, transparente et la paix et le bonheur qui lui sont inhérents commencent à infuser toutes les apparitions du corps, du mental et du monde.

En fait, le corps et le mental se mettent à exprimer ces qualités d’ouverture, de vacuité, de transparence, et le monde lui-même manifestera cette amicalité qui est le reflet de l’intimité de notre Soi véritable.

 

 Rupert Spira ‘’Présence, l’essence de la non-dualité’’ éd. Accarias L’Originel  p.62-63

Comments